Opération Séduction

Connaissez-vous vos tics et manies lors d’un premier rendez-vous, par exemple lors d’un souper en tête-à-tête au resto?

Ces gestes qui semblent pourtant banals laissent néanmoins transparaître votre nervosité et votre inconfort. D’ailleurs, le Montréalais Richerd Fleet, Ph. D, auteur d’un livre traitant de la séduction, affirme que le non-verbal représente pas moins de 65 % de la communication alors que la plupart des auteurs parlent de 55 %. Le Dr. Phil, lui va plus loin. Selon lui, le ton de la voix et la gestuelle comptent pour 93 % de la communication.

L’importance du geste
Pensez à ce qui se passe lors d’une entrevue avec un employeur. À compétence égale, il y a de fortes chances qu’il choisisse un candidat dégageant plus de confiance en lui qu’un autre, qu’il perçoit comme nerveux. Il en va de même lors d’un rendez-vous galant.

Ces gestes de nervosité n’échapperont certainement pas au regard de la dame devant vous. Alors, messieurs, au resto, prenez conscience de ces comportements qui vous nuisent.

Indices importants

  1. Est-ce que je joue avec mes doigts, mes ongles (ou pire est-ce que je suis en train de les ronger?)
  2. Est-ce que je place mes mains en dessous de la table? (vous avez l’air de cacher quelque choses…)
  3. Est-ce que je joue avec les couverts ou avec un objet dans mes poches?
  4. Est-ce que je me tiens penché ou j’oublie d’adopter une bonne posture?
  5. Est-ce que je suis tellement nerveux que j’oublie les gestes de courtoise?

Des outils pour aider
Plusieurs auteurs et ouvrages ont traité de l’importance du lange non-verbal dans les rapports de séduction, notamment cet excellent document créé par la Social Issue Research Centre, au Royaume-Uni. (www.sirc.org/publik/flirt.html). On peut aussi consulter le site du docteur Phil : www.drphil.com.

© Marie-France Archibald,
Coach-Fondatrice de CoachSéduction

Note : Ce texte été écrit pour une collaboration spéciale du Journal Métro, le 25 janvier 2005.

Publié dans Séduction. Ajoute-le aux favoris: lien.

Laisser une réponse